Actualités : détails d'une dépêche


Voyage au c½ur des interconnexions : pour la construction de l'Europe électrique et le renforcement de la sécurité d'approvisionnement.

Source : RTE 10/05/2005

Le 4 mai 2005, RTE a organisé un voyage de presse sur le thème des interconnexions France-Angleterre et France-Belgique en présence notamment d'Andris Piebalgs, Commissaire européen à l'énergie.

Interconnexion France ? Angleterre : une gestion coordonnée des échanges transfrontaliers

La délégation, emmenée par André Merlin, directeur de RTE, s'est d'abord rendue au poste électrique «Les Mandarins », à proximité de Calais ; il s'agit du point de départ côté français du câble électrique sous-marin qui relie la France et la Grande-Bretagne.

Les capacités d'échanges d'électricité sur le câble sous-marin sont ouvertes à la concurrence depuis le 1er avril 2001. Cependant la puissance maximale de transport de cette liaison est limitée à 2000 Mégawatts (MW). Afin d'attribuer de manière équitable et non discriminatoire le droit de passage sur cette liaison à tous les acteurs du marché (traders, fournisseurs, producteurs, etc?), les gestionnaires de réseau de transport d'électricité français et anglais, RTE et NGT (National Grid Transco) ont mis en place, dès le 1er avril 2001, de manière coordonnée, un système d'enchères qui constitue un mécanisme bilatéral d'allocation des capacités électriques.

Ces enchères contribuent à la fluidité et à la transparence des échanges électriques, tout en garantissant une sécurité d'approvisionnement accrue des deux pays. En effet, en cas de défaillance de l'un des deux systèmes électriques, chacun des GRT peut disposer prioritairement et en temps réel, en vertu des accords de secours mutuel conclus en décembre 2003 entre RTE et NGT, d'une capacité de réserve d'électricité pouvant aller jusqu'à 1000 MW.


Interconnexion France ? Belgique : les enjeux du développement des interconnexions.

La délégation s'est ensuite rendue sur le chantier de renforcement de l'interconnexion France - Belgique, en présence d'André Merlin, d'Andris Piebalgs, Commissaire européen à l'énergie, de Marc Verwilghen, Ministre belge de l'Economie et de l'Energie et de Daniel Dobbeni, directeur d'ELIA, le gestionnaire du réseau de transport belge.

Le chantier consiste à ajouter un deuxième circuit à la ligne à 400 000 V reliant le poste d'Avelin (près de Lille) à Avelgem (Belgique). Les travaux ont débuté au cours du deuxième semestre 2004 et devraient s'achever au mois de novembre 2005.
Cette ligne d'interconnexion entre la France et la Belgique constitue un des points actuels de congestion des flux d'électricité du marché électrique européen : les lignes électriques transfrontalières existantes ne suffisent pas pour acheminer tous les flux physiques résultant des échanges internationaux croissants suscités par l'ouverture du marché. Le renforcement de la ligne Avelin ? Avelgem permettra de renforcer les flux transfrontaliers à concurrence de 1500 Mégawatts.

Le renforcement des interconnexions entre la France et la Belgique participe pleinement aux objectifs poursuivis par le mémoire d'entente franco-belge, signé le 7 mars 2005 entre Patrick Devedjian, ministre français délégué à l'industrie, et son homologue belge Marc Verwilghen. La création prochaine de Belpex, bourse belge de l'électricité qui sera couplée aux bourses française et hollandaise, bénéficiera en premier lieu de l'augmentation des capacités d'échanges entre la France et la Belgique.

Les personnalités présentes se sont exprimées lors de cette visite sur les enjeux des interconnexions électriques dans le cadre de l'ouverture du marché européen de l'électricité. Elles ont également souligné l'importance du développement des interconnexions dans le souci de sécuriser l'approvisionnement électrique de l'Union européenne.

Consulter le dossier de presse.