Actualités : détails d'une dépêche


Reconstruction à 400 000 volts de la ligne électrique Marlenheim-Vigy : lancement de l'enquête publique.

Source : RTE 30/05/2005

L'enquête publique de la reconstruction de la ligne électrique entre Marlenheim (Strasbourg), et Vigy (Metz) va se dérouler du 30 mai au 30 juin 2005. 86 communes sont concernées par cette enquête.

La procédure conduisant à la déclaration d'utilité publique va débuter après plusieurs années de concertation avec les élus, les associations et les services de l'Etat. Plus de 500 réunions se sont tenues et ont permis d'aboutir à un projet de tracé. Celui-ci présente un double avantage par rapport à la ligne actuelle : il s'éloigne au maximum des habitations et il satisfait aux exigences environnementales. Par exemple, dans le Parc Naturel Régional de Lorraine, des pylônes seront mis en peinture et des mesures compensatoires sont prévues pour enfouir une vingtaine de km de lignes Moyenne Tension (20 000 volts) dans le périmètre du parc.

La commission d'enquête, nommée par arrêté préfectoral, va tenir 146 permanences dans les 86 communes concernées. Le dossier mis à disposition du public aborde en particulier les aspects environnementaux du projet. Comme dans toute enquête de ce type, chacun pourra consigner ses remarques mais aussi en faire part oralement ou par écrit à un commissaire-enquêteur. Ensuite, la commission d'enquête rendra ses conclusions qui conduiront l'Etat à se prononcer sur l'utilité publique du projet.

En créant une ligne à 400 000 volts, RTE vise plusieurs objectifs : renforcer les capacités de transport de l'électricité entre l'Alsace et la Lorraine, renforcer l'alimentation de Saint-Avold, à la fois consommateur et producteur d'électricité, sécuriser la desserte de l'agglomération de Strasbourg et, à terme, assurer l'alimentation électrique du TGV Est.

Par ailleurs, un poste de transformation électrique sera construit au nord de Sarrebourg : il permettra d'améliorer la qualité d'alimentation de ce secteur.

Le projet prévoit le démontage de l'actuelle ligne.

D'un coût global de 100 millions d'Euros, le projet, initié en 1998, est l'un des plus importants chantiers de la décennie pour RTE.