Actualités : détails d'une dépêche


Analyse du passage de l'hiver 2006-2007 : risque faible de rupture d'approvisionnement.

Source : RTE 13/11/2006

A températures normales, la situation prévisionnelle de l'équilibre offre ? demande pour l'hiver 2006-2007 se présente de façon satisfaisante, avec toutefois, un mois de janvier tendu.

RTE réalise chaque année une étude prospective de l'équilibre entre l'offre et la demande en électricité pour l'hiver à venir, sur l'ensemble de la France continentale. Cette période de l'année est caractérisée par de forts niveaux de la consommation électrique en ces périodes de températures froides.
L'étude permet d'identifier les périodes de tension sur cet équilibre ; elle explore les leviers à activer par les acteurs du marché de l'électricité et par RTE pour éviter toute rupture d'approvisionnement pendant les pointes de la consommation en France, du fait d'une insuffisance de l'offre.

Pour l'hiver 2006-2007, l'étude est basée sur des prévisions de consommation en hausse par rapport à l'an dernier, avec une pointe estimée à 80 700 MW la deuxième semaine de janvier, cette valeur étant établie pour températures conformes aux normales saisonnières.

Sur toute la période étudiée, les capacités prévisionnelles de production devraient permettre non seulement d'alimenter la consommation en France continentale, mais donner aux producteurs français la possibilité d'exporter sur les marchés européens.

Toutefois, plusieurs semaines pourraient être tendues du point de vue de l'équilibre offre-demande. En effet, la couverture du risque 1% est assurée avec un solde maximum des échanges restreint pour les semaines de mi-décembre à fin janvier (hormis la semaine de Noël). Ce solde, calculé en considérant que l'ensemble des effacements de consommation communiqués à RTE par les fournisseurs sur leurs portefeuilles de clients seront mis en œuvre, demeure proche de 4 000 MW sur tout le mois de janvier,.

Cependant, en cas de vague de froid intense et durable, les marges prévisionnelles se réduiront du fait de la forte dépendance du niveau de la consommation électrique aux températures. Pour des températures inférieures de 5°C aux normales saisonnières, la consommation pourrait augmenter jusqu'à près de 9 000 MW à la pointe de consommation.
Dans une telle situation, les fournisseurs du marché français mettraient en œuvre des effacements supplémentaires de la consommation sur leurs portefeuilles de clients ou s'approvisionneraient sur le marché européen grâce aux capacités d'interconnexion mises à disposition par RTE.


Consultez l'Analyse du passage de l'hiver 2006-2007.