Actualités : détails d'une dépêche


Avec la contribution de Météo-France, RTE met à jour son référentiel national de températures

Source : RTE - DICAP 27/05/2011

En juin 2011, RTE revoit le panel des stations qui composent son index national de température ainsi que les valeurs qui servent de référence pour ses corrections climatiques de la consommation.

Un référentiel de température pour l'analyse et la prévision des consommations d'électricité


La consommation d'électricité dépend fortement de la température. Cette influence est particulièrement sensible en hiver avec les usages liés au chauffage, et en été avec les usages liés à la production de froid (climatisation, réfrigération) ou à l'irrigation par exemple.

Afin de quantifier cette relation, RTE utilise un indice national de température construit à partir d'un panel de stations météorologiques réparties de manière optimale sur le territoire pour expliquer au mieux la consommation d'électricité nationale.

Par ailleurs, des températures de référence sont utilisées pour corriger les consommations passées des aléas de température ou pour réaliser des prévisions à des horizons allant d'une quinzaine de jours à une trentaine d'années, pour lesquels aucune prévision météorologique fiable n'est disponible.

Des températures de référence disponibles pour tout le secteur de l'énergie


Météo-France propose depuis début 2011 un nouveau jeu de températures de référence à l'attention des acteurs du secteur de l'énergie. Il s'agit de chroniques annuelles définies au pas de temps tri-horaire pour un ensemble de stations météorologiques en France continentale qui doivent par exemple permettre d'optimiser le suivi des consommations d'électricité ou de gaz. Au-delà d'une actualisation imposée par l'évolution climatique, l'adoption de ces références par RTE, à partir de juin 2011, témoigne d'une volonté de transparence vis-à-vis des autres acteurs du secteur de l'énergie. A ce titre, ces nouvelles références ont fait l'objet, en mars 2011, d'une présentation par RTE aux services de la CRE, conjointement avec GRDF et Météo-France.

Les nouvelles températures de référence, élaborées à partir des chroniques observées sur la période 1980-2010, sont réputées représentatives de la décennie 2011-2020. Elles remplacent les références actuelles qui étaient utilisées à RTE depuis 2003. Pour ces données, Météo-France préconise une actualisation décennale et une vérification de leur pertinence à mi-période.

Une mise à jour de l'indice national de température


Dans le même temps, à partir d'une série d'études statistiques, RTE a également revu le panel utilisé pour le calcul de l'indice national de température. Il se compose à présent de 32 stations (*) contre 29 auparavant.

Des évolutions qui affectent peu les analyses de la consommation d'électricité


Les effets cumulés du changement de températures de référence et de l'indice national de température n'affectent que très peu la température moyenne annuelle nationale qui diminue de 12,70°C à 12,65°C.

Les nouvelles températures de référence sont un peu plus élevées le matin et plus basses l'après-midi : l'amplitude journalière est légèrement réduite, ce qui correspond mieux aux observations sur ces 10 dernières années.

En termes de consommation d'énergie électrique, le changement de référentiel (températures de référence et indice national) induit une augmentation de la consommation annuelle ramenée aux températures de référence d'environ 1,5 TWh, sur un total d'environ 490 TWh. Cet écart est principalement imputable à une révision à la hausse de la part thermosensible due au chauffage ; l'impact de la hausse de consommation thermosensible estivale reste marginal sur la consommation totale.

Pour plus d'information, veuillez contacter bruno.delenne@rte-france.com (interlocuteur RTE) ou olivier.lemaitre@meteo.fr (interlocuteur Météo-France).

(*) Tableau des 32 stations météorologiques retenues par RTE et des pondérations associées dans le calcul de l'indice national de température :



Station météorologique Poids associés Station météorologique Poids associés
ABBEVILLE 1,00% NANCY-ESSEY 3,00%
BALE-MULHOUSE 2,00% NANTES 4,20%
BORDEAUX 4,00% NEVERS 1,50%
BOULOGNE-SUR-MER 1,00% NICE 3,60%
BOURGES 4,20% NIMES-COURBESSAC 2,40%
BOURG-ST-MAURICE 2,75% ORANGE 1,20%
BREST-GUIPAVAS 4,20% PARIS-MONTSOURIS 11,25%
CAEN 2,50% PERPIGNAN 1,60%
CLERMONT-FERRAND 2,75% RENNES 4,20%
DIJON 1,00% ST-AUBAN 1,20%
LE LUC 1,20% STRASBOURG 1,00%
LILLE 3,00% TARBES-OSSUNS 4,00%
LIMOGES-BELLEGARDE 3,20% TOULOUSE-BLAGNAC 1,60%
LYON-ST-EXUPERY 5,50% TOURS 4,20%
MARSEILLE-MARIGNANE 2,40% TRAPPES 11,25%
MONTPELLIER 1,60% TROYES 1,50%